336 allée Sainte Croix
  45160 OLIVET
  Tél   02 38 66 47 44
  Siret  29450201800038
  

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 


Les herbes et les algues dans le Loiret

Les nutriments en abondance, la chaleur, et un volume d'eau moins important ont favorisé la croissance rapide des herbiers depuis 2007.
Parallèllement, les effets désastreux des rejets de la station d'épuration d'Orléans-la-source commencent à s'estomper. Il faut rappeler que cette station a rejetté ses effluents dans le Loiret pendant 23 ans, de 1966 à 1989, faisant de la rivière un véritable égoût.
Moins de ruissellements agricoles, moins de pesticides, moins de rejets domestiques toxiques, des stations d'épuration moins désuetes (St Cyr, Vienne, Tigy, Neuvy), autant de facteurs qui permettent aux herbiers de se développer.
La biodiversité en profite aussi : les poissons se multiplient, et on peut observer beaucoup plus d'oiseaux, d'insectes et de crustacés : martin-pêcheurs, foulques, libellules, sangsues, gammares, écrevisses, etc. Quelles herbes ?
Chaque été : les herbes sont ainsi de retour dans le Loiret ! C’est une bonne nouvelle puisque avec les herbes, c’est aussi la biodiversité qui reprend ses droits. : une eau plus claire et de meilleure qualité, plus d’espèces animales. Malheureusement la prolifération de ces herbes pose aussi des problèmes pour la circulation de l’eau, ainsi que pour la navigation et la pêche.
L’A.S.R.L. avait d'abord fait procéder par une entreprise à des faucardages sur le bassin des Tacreniers : résultat moyen pour une technique très coûteuse. Après des contacts avec des professionnels d’autres rivières et des recherches sur internet, nous avons opté pour la fabrication d’un engin, qui soit à la fois léger, transportable de bassin en bassin, solide et pratique afin d’arracher les herbes. Le "RATODO" est né en 2009.
Voir extrait du JT de FR3 de juin 2009.

Très rapidement, nous nous sommes rendus compte que les volumes de matière extraits par le RATODO étaient démesurés, et qu'il était necéssaire de poursuivre notre effort de mécanisation.
Le "PLUKEUR" a donc été imaginé afin de permettre l'évacuation des herbes. Il a été réalisé en 2010.
Voir vidéo du PLUKEUR.
Au 31 août 2010, grace à une collaboration avec des riverains bénévoles, le club d'aviron (pontons et bénévoles), et la ville d'Olivet (bennes), nous avions déjà enlevé 500m3 d'herbes du bassin amont de la rivière.
Des échantillons ont été confiés à un laboratoire afin de connaître la composition de ces masses d'herbes et d'algues: ETM, VA, ANX.
Le bassin des Tacreniers (celui de l'autoroute) est particulièrement encombré, et le seul accès se trouve dans la rue de la Martinière.



La suite ?
La croissance des herbiers va sans doute se réguler avec le temps. En continuant à enlever les herbes, nous arriverons peut-être à réduire la masse de nutriments, et à rétablir un équilibre écologique dans notre belle rivière...

2016: depuis quelques années, l'ASRL se joint à la ville d'Olivet pour faire intervenir un énorme bateau faucardeur afin de créer une "tranchée" et libérer ainsi le flux de la rivière.